ACCUEIL--C'EST QUOI--DEMARCHE--COLLOQUES--REPERTOIRE -DOCUMENTS- EVENEMENTS

Cinquième colloque biennal en abandon corporel
Château-d'Oex, Suisse , du 20 au 23 août 2009

L’abandon corporel, une démarche,
une position pour recevoir d’être et donner d’être


L'abandon corporel s'est élaboré dans le cadre de la psychothérapie, et c'est bien cette pratique qui reste jusqu'à présent son inscription sociale privilégiée. Néanmoins, le long cheminement porté par sa position spécifique fait apparaître de plus en plus clairement que ce qui fonde l'abandon corporel ne peut pas se réduire au seul champ de la psychothérapie. On peut même aller jusqu'à dire qu'à certains égards,  la démarche remet profondément en question ce qui définit la psychothérapie. En effet :
-      Il n'y a pas de projet "thérapeutique" de changement, mais plutôt la nécessité de faire place à toute l'organisation propre à chacun, quelles qu'en puissent être ses formes.
-      Il ne s'agit pas d'un travail à proprement parler psychologique puisque le champ de référence de l'abandon corporel comprend toutes les formes de l'expérience humaine.
-     La position de l'abandon corporel nous conduit pas à pas à nous découvrir comme subjectivité unique et nous amène à une découverte essentielle, celle de la continuité entre la matière, la vie en général et l’humanité en co-devenir.
-      Le travail du praticien en abandon corporel l'invite sans relâche à assumer - sans l'agir - l'entier de l'ouverture toujours renouvelée à sa propre subjectivité éveillée à l'occasion de l'autre, des autres et de toute chose. Il s'agit là d'un point crucial qui situe le praticien au coeur du rapport dont il est lieu d'être et de déploiement.

Fondamentalement, ce colloque nous donnera l'occasion d'approfondir et de cerner ces moments bien particuliers où se dévoile la dimension paradoxale de notre vécu et ce que nous nommons l'interdépendance.
Sans rien nier de l'histoire personnelle et transpersonnelle, cette compréhension décalée par rapport aux découvertes incontournables de la psychanalyse et de la plupart des autres approches thérapeutiques, révèle l’humain dans sa capacité à recevoir  sa vie de toute chose et lui "donne" ainsi de donner d’être à toute chose… C’est là l’interdépendance.
La spécificité de l’abandon corporel se situe au-delà des théories et des techniques particulières, la position assumée à chaque instant par le chercheur ontologique ouvre sur le bouleversement de l'expérience paradoxale. Cette positon décloisonne tout rapport et conduit en toute exigence et en toute rigueur à l’unicité de l’être qui est paradoxalement son universalité.

Il n’y a qu’une seule position mais autant de pratiques que de praticiens. Risquons-nous à témoigner de l’intimité de ces rencontres quotidiennes avec les autres. Risquons-nous à questionner et à nous parler de notre expérience concrète et des implications liées à la spécificité de notre position.


Comité organisateur : Colette-Madeleine Casier, Micheline Dalpé, Jean Larvego, Denis Matthey-Claudet

ACCUEIL--C'EST QUOI--DEMARCHE--COLLOQUES--REPERTOIRE
nous contacter